Petit retour en arrière...

La Mer & ses Hommes, Unis pour secourir et Regards croisés en Bretagne n'auraient pu voir le jour sans la réalisation de certaines images fortes. Au fil des pages, certaines photographies ont nécessité une organisation complexe. Aujourd'hui, je vous propose de revenir avec moi sur certaines de celles-ci.

Jeudi 12 Janvier 2017, je décolle avec mon pilote Pierre de Brissac et un ami, Clément Jonckheere, en direction de l'île de Sein puis de Penmarc'h.

Avec des vents de 40 à 45 noeuds et une mer forte à très forte, cette première séance photos est dantesque et m'offre des images mêlant les valeurs d'humilité et de courage.

Ces photographies n'auraient pu voir le jour sans l'implication exceptionnelle des bénévoles de la SNSM de l'Île de Sein et de Penmarc'h. Qu'ils en soient, une nouvelle fois, sincèrement remerciés.

Réalisée à quelques encablures de la Presqu'île de Crozon, cette photographie, simple à réaliser en apparence, a nécessité un gros travail préparatoire. Dessinée pour être comprise par l'équipage, la photographie a ensuite été imaginée en respectant les règles de sécurité imposées par le vol de deux aéronefs de la Marine nationale. Egalement, ont été réfléchis en amont la hauteur du stationnaire des deux appareils et leur axe. Une fois sur place, j'ai été confronté à une difficulté que je n'avais pas imaginée. En effet, je pensais que cette photo ne nécessiterait qu'environ 30 secondes.

Or elle m'en a demandé bien plus. Pourquoi ? Lors du contrôle de l'écran de mon boitier Nikon D5, je me suis rendu compte que mes photos étaient floues. Gros coup de stress. Je décide de changer de boitier et de prendre une autre optique. Même résultat. En train de me décomposer, je prends mon troisième boitier (j'ai toujours un boitier en secours) et réalise que les visuels sont tous flous. Pas un flou lié à un souci de mise au point. Mais j'ai l'impression que cela donne l'effet de photographier un hélicoptère derrière une source de chaleur. Vous savez ? Comme lorsque vous regardez la crête de flammes et que l'arrière plan est flou et courbé. Je suis face à la même situation. J'explique ma difficulté au pilote qui décide de quitter la position. Nous avons, en fait, accumulé trop de chaleur sous mon hélicoptère et la forte chaleur de ce mois du juin crée ce problème. Revenus en position, je reprends ma captation et obtiens cette image. Parfaitement nette. Heureusement, car quelques secondes après, le problème se renouvelle.

Ces images, bon nombre d'entre vous les avez déjà vues. Sur internet, en posters et cartes postales. Et pour cause, le visuel ci-contre a été utilisé pour mon plus grand plaisir par les amis de l'association Mor Glaz, une association que je soutiens depuis plusieurs années et qui fait son possible pour que les droits des marins du monde soient respectés.

Ouessant, 6 mètres de houle. Une violente dépression est passée durant la nuit et poursuit sa route. Le vent est tombé et nous permet de descendre dans le creux des vagues sans danger. Jamais je n'avais joué à saute moutons ainsi en hélicoptère ! Ces trente minutes de prises de vues m'auront offert les images les plus regardées de toutes mes réalisations !

Tapis dans l’océan, indétectables, dotés de 16 missiles portant chacun plusieurs têtes nucléaires, les 4 SNLE patrouillent successivement pour assurer la permanence à la mer de la dissuasion nucléaire. Ils sont regroupés au sein de la Force océanique stratégique (FOST). Pour La Mer & ses Hommes, j'ai eu la chance de photographier l'un d'eux. Malgré un plafond bas et le ciel gris, j'ai réalisé une série entre ciel & mer où l'homme apparait comme un point, minuscule à côté de ce monstre d'acier long de 14 200 tonnes en plongée.

Pour Unis pour secourir, la Gendarmerie Nationale et la section aérienne de la gendarmerie de Rennes m'ont ouvert grandes leurs portes. Impressionné par l'accueil vraiment remarquable qui m'a été réservé, j'ai essayé d'être au rendez-vous de la confiance qui m'était accordée.


Deux reportages ont été réalisés avec les Hommes en bleu : dans l'eau et dans les airs.


Le cap Fréhel, que je ne connaissais pas jusque là, fut l'arrière plan de notre photex. Mon objectif était de mettre en avant les femmes et les hommes qui interviennent le long du littoral, au moyen d'un Ecureuil ou d'un EC135.


A cette occasion, j'ai pu photographier les personnels de la Brigade nautique de Lezardrieux ainsi que les bénévoles de la station SNSM de St Cast.






The Lady Anne est un cotre aurique conçu et construit par l'architecte naval écossais William Fife III en 1912, que j'ai eu l'opportunité de photographier à plusieurs reprises durant les Voiles de Saint-Tropez.


Ce yacht classique est de classification 15M JI et est un véritable bonheur à photographier.

82 vues

© 2020 by CHARLES MARION - 06 40 13 18 56 - Tous droits de diffusion réservés.

  • Twitter Classic
  • Facebook Classic